Actualités

Protocole sanitaire (Mise à jour du 15/02/2021)

Par CAROLE LANVIN, publié le lundi 8 février 2021 12:16 - Mis à jour le lundi 15 février 2021 11:18
images (3).jpg

Mesdames, Messieurs,

Avec l'apparition de variant de la COVID-19, le protocole sanitaire à destination des établissements scolaires a été renforcé le 01 février 2021.

Trois mesures principales doivent retenir votre attention ; La distanciation de 2 mètres entre groupes à la cantine, le port de masque « grand public » de catégorie 1 et l’aération des locaux renforcée.

Le principe est celui d’un accueil de tous les élèves à tous les niveaux et sur l’ensemble du temps scolaire, dans le respect des prescriptions émises par les autorités sanitaires. 

Le port du masque pour les élèves:

Les recommandations des autorités sanitaires sont les suivantes : • pour les élèves des écoles maternelles le port du masque est à proscrire ;

• pour les élèves des écoles élémentaires, des collèges et des lycées, le port du masque « grand public » de catégorie 1 est obligatoire dans les espaces clos ainsi que dans les espaces extérieurs. Ce qui signifie que les masques "fabrication maison" ne sont plus autorisés.

Il appartient aux parents de fournir des masques à leurs enfants.

Le ministère dote chaque école, collège et lycée en masques « grand public » de catégorie 1 afin qu’ils puissent être fournis aux élèves qui n’en disposeraient pas. Pour les élèves présentant des pathologies les rendant vulnérables au risque de développer une forme grave d’infection à la COVID-19, le médecin référent détermine les conditions de leur maintien en présence dans l’école ou l’établissement scolaire.

Pour rappel, il convient de changer le masque à la mi-journée, il faut donc fournir 2 masques de catégorie 1 à vos enfants par jour.

 

Mise à jour du 15 février 2021

Comment sont identifiées les « personnes contacts à risque » ?

Si le cas confirmé est symptomatique et que la date de début des symptômes est connue, alors l’identification se fera sur la période allant de 48h avant le début des signes au jour de l’éviction. Si le cas confirmé est asymptomatique, l’identification des contacts à risque se fait sur la période allant de 7 jours avant la date du test positif au jour de l’éviction du cas confirmé.

L’identification des contacts à risque au sein d’une classe doit être réalisée dès le premier cas. Le port du masque étant obligatoire tant pour les personnels que pour les élèves dans tous les espaces et en particulier dans les salles de classe, l’apparition d’un cas confirmé parmi les enseignants ou les élèves n’implique pas automatiquement de contacts à risque dans la classe. Dans la circonstance où trois élèves d’une même classe (de fratries différentes) seraient positifs au SARS-CoV-2, tous les élèves de la classe seront assimilés à des contacts à risque. Une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque conformément aux prescriptions des autorités sanitaire.

Quelles sont les mesures prises en cas d’identification de l’une des variantes du virus chez un personnel ou un élève ?

En cas de survenue d’un cas confirmé portant la variante britannique du SARS-CoV-2 La conduite à tenir autour d’un cas confirmé de la variante britannique est la même que pour le cas général conformément aux prescriptions des autorités sanitaires. Selon l’analyse locale concernant la circulation de cette variante sur le territoire, en lien avec l’ARS, la fermeture de la classe pourra toutefois être envisagée dès le premier cas. En cas de survenue d’un cas confirmé portant la variante sud-africaine ou brésilienne du SARS-CoV2 L’apparition d’une variante sud-africaine ou brésilienne du SARS-CoV-2 chez un élève implique la fermeture de la classe. Tous les élèves de la classe seront assimilés à des contacts à risque. Une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque. L’apparition de l’une de ces variantes chez un personnel n’implique pas automatiquement la fermeture de la classe.

Continuons tous ensemble à respecter les gestes barrières afin de limiter la propagation de l'épidémie.

Mme Lanvin

Infirmière de l'Education Nationale