Actualités

L'adolescent est un être extrêmement fragile et vulnérable qui veut prouver le contraire...

Par CAROLE LANVIN, publié le mardi 16 février 2021 11:10 - Mis à jour le mardi 16 février 2021 11:10
adosouffrant_0.jpg

Les conditions sanitaires actuelles rendent le monde morose depuis presque un an maintenant.

Nos ados subissent de plein fouet toutes les nouvelles règles de vie en société, la restriction de leurs libertés. A l'âge où l'on se construit, ils sont bridés, à l'âge où l'on se pense invulnérable, ils se confrontent à des chiffres toujours plus présents dans les médias quand au nombre de malades et au nombre de décès.

Leur insouciance a pris fin le 15 mars dernier. Le confinement a été une épreuve pour nombre d'entre eux. Et le retour à l'école ne s'est pas fait sans craintes.

Je note cette année beaucoup de difficulté relationnelle entre élèves, envers les adultes, une intolérance totale des élèves à la douleur ( et la je vous parle d'élèves qui ont mal à la tête depuis 3 minutes, d'élèves qui viennent à l'infirmerie le lundi parce qu'ils ont un bleu sur la main car ils se sont pris une porte le vendredi soir chez eux et tant d'autres exemple de bobologie), les élèves ne supportent plus aucune frustration parce que comme tout le monde, ils en ont marre, ils leur est difficile d'exprimer leurs angoisses, ils ont du mal à "re"vivre ensembles. Pendant le confinement, on s'est retrouvé à vivre dans un cocon plus où moins douillet, protégé du monde extérieur, nourri par la peur de l'inconnu, on a tous appris à s'adapter. Mais sortir ce cadre ne s'est pas fait sans laisser de traces.

Quand est-il pour nos ados aujourd'hui? Le retour à la réalité a été violent, sortir du cadre familial protecteur, avoir peut de tomber malade, de rendre malade ses proches, être confronté à la perte d'être chers, tout se heurte avec leurs envies incontrôlables de braver les interdits. De retrouver l'insouciance dont on les prive.

Comment faire alors? Il faut tenir bon, tous ensemble, il faut continuer à leur donner un cadre, car même si l'envie de l'adulte en devenir est de le transgresser, le cadre est rassurant. Il faut garder le lien avec son ado, parler avec lui de ses angoisses, de ses colères, de ce sentiments de frustration lattant. Et ne pas hésiter à demander de l'aide quand on se sent dépassé.

Le collège est un lieu de vie, à notre niveau nous essayons de leur apprendre la bienveillance, le respect de l'autre, mais également le respect de soi. Nous sommes également là pour vous parents, pour vous écouter, et travailler ensemble pour le bien-être de vos enfants.

Vous pouvez également trouver des réponses à vos questions auprès de votre médecin traitant, ou auprès d'organisme tel que la Maison des Ados à Briey ; www.mission-locale-briey.org/actualites/id/100/La-maison-des-ados.html.

Prenez soins de vous et vos proches.

Mme Lanvin

Infirmière de l'Education Nationale